Vous avez été victime

D'un accident
de la route

Les personnes pouvant être indemnisées sont : le conducteur sauf s’il a commis une faute, le passager transporté, le piéton, le cycliste et toute victime indirecte en cas de séquelles importantes ou de décès de la victime.

D'un accident
de la vie

Un accident de la vie concerne tout dommage corporel non intentionnel et qui ne résulte ni d’un accident de la route ni d’un accident du travail. Vous devez d'abord vérifier si vous avez souscrit un contrat «Garantie Accident de la Vie».

D'un accident
de sport

Si vous êtes licencié dans un club sportif, vous devez d'abord déclarer l’accident et ensuite attendre la convocation par le médecin de la compagnie d’assurance qui assure le club afin de réaliser une expertise médicale.

D'un accident
du travail

L’accident du travail est un accident survenu pendant l’activité professionnelle ou le trajet aller/retour entre le lieu de travail et le domicile. La reconnaissance du caractère professionnel doit être retenue par l’enquête de l’organisme social.

D'un accident
médical

Il peut s'agir soit d'un accident médical fautif dans le cadre de la prévention, du diagnostic ou de soins, soit d'un accident médical non fautif appelé aléa médical défini comme un accident résultant d’un événement imprévu qui cause un dommage.

D'une
agression

Qu’il s’agisse d’une agression physique, sexuelle, d’une violence conjugale ou d’un acte de terrorisme, vous pouvez faire valoir votre droit à indemnisation. Elle sera versée par l'agresseur s'il est connu et solvable, ou par un fonds spécial (FGTI) le cas échéant.

Soyez assisté(e) par le Dr Richard BENHAMOU,
médecin expert de recours.

Pour toute expertise : contradictoire, arbitrale ou judiciaire, il est très important pour la victime d’être assistée par un médecin expert de recours afin de pouvoir mettre en place avec l’expert le débat technique qui s’impose.

Ce site a pour but d’informer d’une manière pragmatique les victimes et leurs proches à la suite d’un dommage corporel les affectant. Toutefois, il ne peut remplacer la relation entre la victime et son médecin de recours tant la réparation juridique du dommage corporel est complexe et variable selon l’état de la victime, son âge, sa situation professionnelle et familiale.

Actualités

Crédit photo : PHANIE

Sur-irradiation de patients : un oncologue encourt 18 mois de prison avec sursis

Un ancien médecin oncologue, qui exerçait dans une clinique orléanaise, encourt 18 mois de prison avec sursis, 50 000 euros d’amende et l’interdiction d’exercer la médecine après son procès mardi 12 mai 2020 devant le tribunal correctionnel d’Orléans (Loiret). Il comparaissait pour homicide involontaire, blessures involontaires et mise en danger d’autrui. La justice lui reproche d’avoir […]

Lire la suite

Crédit photo : STOCKVAULT

Préjudice d’anxiété et substances dangereuses : violent coup d’aiguillon de la Cour de cassation !

Par une décision rendue le 11 septembre 2019, la chambre sociale de la Cour de cassation a étendu le champ d’application du préjudice d’anxiété à toutes les substances nocives ou toxiques. Elle a ainsi précisé : qu’« en application des règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de l’employeur, le salarié qui justifie d’une […]

Lire la suite
Expertise médicale recours - maladie professionnelle

Crédit photo : RAWPIXEL

Le temps partiel thérapeutique ne succède plus nécessairement à un arrêt de travail !

Depuis fin 2019, le temps partiel thérapeutique ne succède plus nécessairement à un arrêt de travail. Par le passé, le temps partiel thérapeutique (souvent appelé mi-temps thérapeutique) était réservé aux salariés qui avaient fait l’objet d’un arrêt de travail à temps complet indemnisé par la Sécurité sociale. Puis ce point a évolué avec la loi […]

Lire la suite

Crédit photo : PHANIE

Dépakine : Sanofi mis en examen pour tromperie aggravée et blessures involontaires

Après plus de trois années d’enquête à la suite de plaintes de victimes, les juges chargés de l’enquête sur la commercialisation de l’antiépileptique Dépakine ont mis Sanofi en examen pour « tromperie aggravée » et « blessures involontaires », a annoncé le groupe pharmaceutique ce 3 février. L’enquête, ouverte par le Parquet de Paris en septembre 2016, visait à établir s’il y a […]

Lire la suite
Défilement vers le haut